« Singh à long terme (76) doit retourner aux Pays-Bas »

Deux cabinets davocats contestent lÉtat parce quils estiment que trop peu est fait pour amener le Néerlandais Jaitsen Singh ici. Singh est en prison aux États-Unis depuis 36 ans.

L

été dernier, la Chambre des représentants a adopté une motion à une large majorité demandant au gouvernement de faire le maximum defforts pour amener le Singh âgé de 76 ans aux Pays-Bas à court terme.

Cette semaine, des questions parlementaires ont été posées à nouveau, car la santé de Singh est devenue précaire depuis quil a été infecté par le coronavirus à la prison de Vacaville à la fin du mois de décembre. Il est sur un ventilateur et isolé, dit son avocate Rachel Imamkhan. « Parce quil ny a plus de place dans lhôpital pénitentiaire de Vacaville, il se trouve ailleurs. »

Demande de pardon

Le ministre Dekker de la Protection juridique déclare, en réponse à la requête, quil appuie la demande de grâce présentée par Singh pour des motifs humanitaires. « Afin de maintenir le soutien de la demande de grâce aussi prometteur que possible, il nest pas judicieux dapprofondir en ce moment les diverses mesures diplomatiques prises et à prendre. »

Son avocat ne se contentera pas de ça. « Ce que Dekker fait ici est une répétition de ce que le gouvernement a dit en 2015. Nous sommes maintenant en 2021 et nous ne sommes pas un seul pas de plus. Ma question lui est de savoir pourquoi il ne veut pas soutenir une demande de transfert aux Pays-Bas pour des raisons humanitaires. Parce que la grâce a déjà été rejetée trois fois. Et il le sait aussi », dit lavocat Imamkhan.

Les États-Unis sont lun des soixante pays non membres de lUE avec lesquels les Pays-Bas ont signé un traité pour le transfert des prisonniers.

« Pari insuffisant »

L

avocat de la prison Imamkhan et le cabinet Prakken dOliveira douter que Dekker soit suffisamment commis. Ils ont donc assigné lÉtat néerlandais pour négligence. « Apparemment, nous devons maximiser la pression exercée sur un prisonnier vulnérable. Car nous voyons dans ce cas que la mesure humaine est complètement exclue. »

Le ministère de la Justice et de la Sécurité ne veut pas répondre : « Nous ne prévoyons pas une loi provisoire possible ».

La sœur de Singh Sieta, qui vit dans lAchterhoek, est triste. « Avec mon esprit, je suis toujours avec mon frère parce que je ne sais pas ce quil fait maintenant. À ce jour, malheureusement, je nai reçu aucune nouvelle information. Je comprends dun bénévole quil est très difficile dappeler du personnel infirmier au téléphone.

Singh a été condamné en 1986 pour lassassinat de sa femme et de sa belle-fille. Le cours de la justice dans son affaire est controversé et, selon son avocat, il est clair que les Pays-Bas ont abandonné les points de suture. Il a refusé un règlement à lépoque parce quil prétend être innocent. Singh est le plus long prisonnier néerlandais assis dans une cellule étrangère.