Radio DJ Romeo entend une punition pour avoir exécuté illégalement un bordel de garçons

Contre l‘ancien DJ radio Romeo (Hans) A. et Nico L., des peines de longue cellule et des TBS avec soins forcés ont été réclamés jeudi pour, entre autres choses, la commission de fornication et le recrutement de garçons (mineurs) et de jeunes hommes pour la prostitution et l’incitation à la prostitution. A. a entendu la peine de prison la plus élevée, à savoir dix ans, en partie parce qu‘il « nie profondément ». Pour L., le ministère public estime qu’une peine demprisonnement de huit ans est appropriée.

L. (60 ans) et A., 65 ans, sont soupçonnés d’avoir géré un bordel illégal depuis leur domicile à Utrecht en 2017 et 2018, où de nombreux jeunes hommes et garçons travaillaient. Les deux ont été condamnés avant et plus souvent dans des affaires de forniation, entre autres. Le procureur considère la probabilité de répétition « grandeur nature ». Par conséquent, selon elle – en plus de la prison – un long traitement est nécessaire.

Sept victimes ont été signalées, mais selon le ministère public, il y a beaucoup plus de garçons et d‘hommes, au moins 22. La plupart d’entre eux sont des garçons vulnérables, par exemple, ils sont placés en institution, ont des problèmes avec la famille ou sont faibles. Parfois, leurs familles ne savaient pas (encore) qu‘elles aiment les hommes. Selon le bureau du procureur, les victimes devaient prendre L. à la « date de probation ». S’ils ont donné leur goût, les deux suspects ont arrangé le favoritisme. Il a impliqué des dizaines, voire des centaines de clients.

Selon l‘agent, A. et L. avaient une répartition claire des tâches.

« Hans était l’homme d‘affaires, il dirigeait le réseau avec une main serrée et détestait quand les garçons annulaient leurs dates. Nico pense avec ses organes génitaux. Il n’est pas si intéressé à faire des affaires, mais il s‘intéresse au sexe. Il semble travailler ce jour après jour. »

A. n’avait pas participé à des enquêtes sur sa personnalité. L‘ancien DJ de l’AVRO lui-même croit qu‘il n’a pas besoin d‘aide. « La probabilité de récidive est nulle », a-t-il déclaré plus tôt cette semaine au tribunal. Il dit qu’il a été piégé par les garçons. « Ils mentent tous. C‘est pour ça que je suis assis ici. » L’agent a déclaré jeudi qu‘il avait écouté sa déclaration « avec un étonnement croissant ».

Le tribunal d’Utrecht rendra sa décision le 14 janvier.