Pourquoi y a-t-il si peu de femmes dans larmée ?

Que s‘est-il passé ?

Les personnes nées en 2003 recevront désormais un poste du Ministre de la défense. La lettre dit qu’à partir de ton 17e anniversaire, tu seras conscrit et tu peux être convoqué. Imaginez que la guerre éclate aux Pays-Bas ou qu‘un désastre se produise dans lequel les soldats ordinaires ne peuvent plus la supporter. Alors le gouvernement peut vous forcer à rejoindre l’armée. Jusque-là, rien ne change, et les chances que cela se produise sont très faibles. Les gars ont reçu cet appel beaucoup plus longtemps, mais c‘est la première fois que les filles le reçoivent aussi. Le Secrétaire à la Défense espère que plus de filles vont penser à un emploi dans l’armée. Mais qu‘est-ce que c’est exactement, avec ces femmes dans l‘armée ?

Pourquoi est-ce que c’est une nouvelle ?

Le

fait que les filles reçoivent cette lettre à partir de maintenant et qu‘elles devraient donc être dans l’armée en temps de guerre est tout à fait spécial. Il y a longtemps, l‘armée était considérée comme une « chose masculine » que les femmes n’étaient pas autorisées à interférer.

Mais malgré plusieurs campagnes précédentes, cela ne se produit pas encore vraiment. Une personne sur dix à la défense est une femme. « C‘est vraiment beaucoup trop peu », affirme le ministre de la Défense, Ank Bijleveld. « La défense est bien trop importante pour laisser aux hommes seuls. »

Qui trouve quoi ?

Quelqu’ un qui a choisi l‘armée comme une fille de 18 ans est Rinke Wagenaar. Elle s’est finalement jointe à l‘armée et s’est rendue en mission en Afghanistan. « J‘avais un petit ami qui était entré dans l’armée et qui était toujours un peu jaloux de ses histoires », dit-elle. « Il a été autorisé à faire beaucoup de sports et dexercices passionnants. J’ai toujours été une fille dure et sportive et je me suis déjà vue faire des boues. À ce moment-là, je ne savais pas à quel point ça pouvait être difficile. »

Selon Rinke, le fait que peu de filles choisissent l‘armée est également dû à l’image des femmes en défense. « Il est vrai que pendant la semaine, on passe parfois à travers la boue sans maquillage dans un costume vert, mais on fait vraiment plus que cela. Aider dans les hôpitaux durgence, par exemple.

En outre, les filles qui commencent à s’entraîner mettent souvent la barre très haut pour elles-mêmes, dit Rinke. « Les femmes rendent les choses particulièrement difficiles pour elles-mêmes parce qu‘elles pensent qu’elles doivent faire leurs preuves. Par exemple, je voulais répondre aux exigences sportives des hommes, tandis que le corps d‘une femme est tout simplement différent. »

« Pour certaines tâches au sein de l’armée, il faut être beaucoup plus fort que d‘autres. Donc, ce n’est vraiment pas le cas qu‘une femme devrait être aussi apte que l’homme le plus fort de l‘éducation. Si vous êtes une fille dans un état normal, vous pouvez vraiment gérer l’entraînement et vous pouvez aller travailler dans l‘armée. »

Bien que Rinke n’ait pas vraiment eu beaucoup de collègues féminines quand elle a rejoint le Département de la Défense, elle s‘est fait des copines pour la vie. « Lorsque vous commencez à vous entraîner, vous dormez ensemble dans la pièce. Donc tu as un groupe tout de suite. Après cela, vous allez faire des exercices de guerre lourde ensemble et expérimentez des choses que vous ne ressentez nulle part ailleurs. Il n’y a pas d‘autre travail où le sentiment d’équipe est aussi fort que dans l‘armée. »

Rinke, comme le Secrétaire à la Défense, espère que la lettre de service fera réfléchir plus de filles à un emploi dans l’armée. « Même si c‘est seulement un demi pour cent. Bien sûr, il doit rester un équilibre sain entre les hommes et les femmes et certaines tâches sont vraiment meilleures pour les hommes. Mais nous devons progresser vers une plus grande égalité, car les femmes sont vraiment importantes dans l’armée. »

Anne-Marie Snels, du syndicat de l‘AFMP, est d’accord avec cela, mais pense qu‘une lettre de service n’aidera pas à faire entrer plus de filles dans l‘armée. Selon elle, la culture de l’armée doit d‘abord changer. « En tant que fille, il n’est pas facile de faire partie de la culture d‘un homme. Le petit groupe de femmes qui sont ici aujourd’hui est plus susceptible d‘être victimes d’intimidation et de harcèlement. Vous ne le perdez pas avec une conscription. »