Les enfants de Murray ont chassé tous ses souvenirs dAhoy

Lundi soir à Ahoy commence la 48ème édition du tournoi ABN AMRO. Malgré les annulations de Rafael Nadal, Gaël Monfils et Milos Raonic, le champ des participants à Ahoy reste impressionnant.

Ainsi, le finaliste de l‘Open d’Australie Daniil Medvedev (numéro trois du classement mondial) est présent, ainsi que Stefanos Tsitsipas (six), Alexander Zverev (sept) et Andrei Roublev (huit).

Andy Murray et Stan Wawrinka, tous deux vainqueurs du triple-grand-chelem, font leur apparition dans Ahoy.

Les années 30 Wawrinka et Murray représentent les forces des ténèbres. Zverev est l‘un des porteurs de référence de la nouvelle génération qui devraient renverser Djokovic, Nadal et Federer de leur trône dans les années à venir.

Ce n’est pas encore si loin. Novak Djokovic a remporté l‘Open d’Australie il y a plus d‘une semaine, où Zverev a dû s’incliner la tête devant les Serbes en quart de finale.

A la fin de son match contre Zverev, Djokovic a annoncé qu‘il n’était pas tout à fait en forme, mais lAllemand ne veut pas savoir à ce sujet. « Il était en forme, sinon il n’aurait pas gagné le tournoi. »

« La balle ne tourne pas haut. »

Zverev n‘aime pas revenir sur l’Open d‘Australie, tout comme il ne garde pas les meilleurs souvenirs du tournoi ABN AMRO. Malgré quatre participations, il n’a réussi à atteindre les quarts de finale qu‘une fois à Rotterdam, en 2016.

C’ est une statistique qu‘il aimerait voir différemment, mais il doit ensuite apprendre à faire face à la situation de Rotterdam. « La balle ne tourne pas haut. Je n’aime pas ça, mais tu dois en tirer le meilleur parti. »

Murray lutte avec la « mémoire de tennis »

Quiconque a de bons résultats au tournoi ABN AMRO est Andy Murray. Bien que, curieusement, ça ne s‘en tient pas beaucoup à l’Ecossais.

Par exemple, il ne sait presque rien sur l‘édition 2009, dans laquelle il a remporté la finale de Rafael Nadal. « Je me souviens être debout contre Raf en finale, mais c’est le cas. »

Il

n‘y a pas beaucoup de sa défaite contre Robin Haase, un an plus tôt au premier tour, qui est restée avec lui. « Je sais que j’ai perdu », dit Murray. « Mais je ne me souviens de rien d‘autre sur le jeu. »

Il brise les lacunes de sa mémoire à la naissance de son fils et de ses deux filles. « Depuis que j’ai des enfants, ma mémoire de tennis se détériore rapidement. Donc je les blâme juste. Je ne sais pas non plus. C‘est bizarre. »

Il n’est pas surprenant non plus que d‘autres épreuves, comme la victoire de Wimbledon (en 2013 et 2016), l’US Open (2012) ou l‘or olympique (2012 et 2016), aient préséance dans la mémoire de Murray, 33 ans.

Murray, dont la carrière a été éclipsée par des blessures ces dernières années, ne pense pas pouvoir décrocher un troisième titre olympique cette année. « Les Jeux sont d’un ordre complètement différent. Je ne vois pas ça se produire. »