Interdiction temporaire de la campagne contre linfluence étrangère non désirée

Quatre ans après la fameuse émeute turque, le Cabinet a imposé une interdiction de campagne limitée pour lutter contre linfluence étrangère indésirable. Si des élections ont lieu dans leur propre pays dans un délai de trois mois, les représentants des États de pays extérieurs à lUnion européenne ne sont pas autorisés à faire campagne aux Pays-Bas.

Les

pays non membres de lUE doivent également le signaler au ministère des Affaires étrangères sils prévoient de se rendre aux Pays-Bas pour des campagnes. Il sagit notamment de ministres, maires, parlementaires et autres « hauts fonctionnaires », écrit le ministre Blok (Affaires étrangères) dans une lettre adressée lundi à la Chambre des représentants.

La nouvelle approche du cabinet est inspirée par lAllemagne. La règle des trois mois sapplique déjà aux pays extérieurs à lUE. En dehors de cette période, les pays doivent également demander lautorisation de participer à des activités de campagne avec nos voisins orientaux.

Les

Pays-Bas ne veulent pas aller aussi loin en ce qui concerne les

rapports

. Notre pays a plutôt une obligation de déclaration. Comme il nest pas nécessaire dattendre le consentement explicite, le Cabinet considère quil sagit dun moyen « moins lourd et donc plus proportionné », affirme le ministre Blok. Toutefois, le Cabinet aura la possibilité dintervenir en dehors de ces trois mois si les activités de campagne en question ne sont pas souhaitables.

La

cause immédiate est lémeute turque de 2017, lorsque le président turc Erdogan a envoyé une équipe ministérielle à deux têtes aux Pays-Bas pour faire campagne auprès des Néerlandais turcs pour un oui au référendum turc, avec lequel il a finalement réussi à obtenir beaucoup de pouvoir pour lui-même. Tirez.

« Mais les préoccupations jouent depuis plus longtemps », explique le député VVD-MP Becker, initiateur de la proposition. « Maintenant, vous devez sortir quelquun du pays ad hoc quand vous voyez que cela conduit à des troubles. Sil sagit simplement dune question de principe que les questions étrangères ne doivent pas être combattues ici au détriment de lintégration néerlandaise. »

D autres diasporapolitiques, menées par exemple par des pays tels que lÉrythrée et le Maroc, peuvent également donner des raisons de refuser les activités de campagne aux Pays-Bas.