Corps disparu Ă©tudiant Sumanta Bansi possiblement dissous dans lacide

La

police soupçonne que le corps de létudiante disparue Sumanta Bansi de Hoorn a été dissous dans de lacide. Cela est démontré par les documents de recherche tirés du dossier que De Telegraaf a vu.

Le Surinams-Hindou Bansi a disparu depuis fĂ©vrier 2018. Elle avait 22 ans et enceinte. La police a vite supposĂ© quelle Ă©tait victime dun crime et quelle nĂ©tait probablement plus vivante. Les recherches dans une forĂȘt Ă  Wieringerwerf et le long de lAfsluitdijk nont rien donnĂ©.

Selon le dossier, le corps de Bansi a été dissous dans lacide par son ex-amant Manodj B.

Sumanta vivait avec B., sa femme et son pÚre, et fut conçu pour la deuxiÚme fois par B.. La premiÚre fois quelle a eu un avortement, la deuxiÚme fois quelle ne voulait pas se débarrasser de lenfant à naßtre, est venue dans létude.

La police et laccusation estiment que des membres de la famille ont Ă©tĂ© impliquĂ©s dans le meurtre. Donc B. aurait parlĂ© Ă  son frĂšre de lacide avec lequel le corps devait ĂȘtre dissous.

Mafia

Bansi aurait été poignardé à mort par B., comme le montrent les conversations entamées entre lui et son frÚre. Lors dune promenade en voiture dans la nuit du 30 juin, le 1er juillet 2019, le discours de « produits chimiques dans le coffre », que B. avait pris de son travail à un abattage de volailles. « Si vous le mélangez, dites-le avec de leau, cela fonctionnera », est cité B. FrÚre Dennis la ajouté : « Il faut le faire quand il pleut. »

Plus tard dans la nuit, des images de camĂ©ra montrent que des jerricans sont transportĂ©s dans la maison de Hoorn. Lors dune perquisition en novembre de lannĂ©e derniĂšre, la police a trouvĂ© deux jerricans vides. Ils seraient les mĂȘmes que ceux prĂ©levĂ©s Ă  la ferme avicole.

En se basant, entre autres, sur des conversations et des observations Ă  lĂ©coute, lOM croit que lhydroxyde de sodium a Ă©tĂ© utilisĂ©. Le dossier indique quil y a eu des affaires pĂ©nales partout dans le monde oĂč des corps ont Ă©tĂ© rĂ©solus par ce moyen. Il Ă©tait censĂ© ĂȘtre appelĂ© « feu de la mafia », parce que la mafia en Sicile lutilisait Ă©galement pour disposer des restes.

La recherche continue

La police continuera probablement Ă  rechercher les restes du corps le mois prochain. La question est : y a-t-il autre chose Ă  trouver ? Le pathologiste-anatomiste Frank van der Got dit Ă  De Telegraaf que les os sont probablement laissĂ©s : « Mais en tirer un profil ADN est extrĂȘmement difficile. En raison de la rĂ©action chimique, tout le matĂ©riel utile a Ă©tĂ© dissous.

Le processus reprendra en mai.