Cas infecté en Hollande Huit par lattitude laxiste de laviron union aux Championnats dEurope

Bond d‘aviron KNRB a fait une erreur autour des deux athlĂštes testĂ©s positivement lors des Championnats d’Europe Ă  Poznan le week-end dernier.

« Avec les connaissances d‘aujourd’hui, nous aurions dĂ» gĂ©rer les choses diffĂ©remment », explique le directeur technique Hessel Evertse. « La « bulle » Ă©tait une fuite et que nous voulons et devons apprendre. »

L‘aviron au lieu de la quarantaine

L’ un des deux rameurs testĂ©s positivement semblait avoir des plaintes liĂ©es au corona pendant les Championnats d‘Europe, mais il n’a pas Ă©tĂ© testĂ©. Le RIVM prescrit que l‘athlĂšte aurait dĂ» ĂȘtre mis en quarantaine compte tenu des plaintes.

Le syndicat n’a pas fait ça, selon une reconstruction. Le rameur du Holland Eight est entrĂ© en action de toute façon.

A la

fin des Championnats d‘Europe, aprĂšs la finale de dimanche, les deux rameurs ont Ă©tĂ© testĂ©s. Lorsque le test s’est avĂ©rĂ© positif, le duo s‘est rendu aux Pays-Bas ensemble et a Ă©tĂ© mis en quarantaine.

Aucune intention dans le jeu
Il

n’y a pas de contournement dĂ©libĂ©rĂ© des rĂšgles, dit Evertse. « Je tiens Ă  souligner que toutes les autres Ă©quipes se sont bien dĂ©roulĂ©es. Nous nous sommes efforcĂ©s de faire en sorte que tout se passe bien. »

Un nez qui coule. C‘Ă©tait la plainte adressĂ©e au rameur du Holland Eight, qui est considĂ©rĂ© comme le premier athlĂšte infectĂ©. A cette Ă©poque, il est devenu clair qu’il avait Ă©tĂ© en contact avec deux connaissances juste avant le Championnat d‘Europe quelques jours avant son dĂ©part pour la Pologne.

La buse supĂ©rieure a Ă©tĂ© informĂ©e de ces rĂ©sultats, aprĂšs quoi il a informĂ© le mĂ©decin prĂ©sent en Pologne. Il a estimĂ© que les contacts avec les connaissances avaient Ă©tĂ© trop courts pour ĂȘtre infectĂ©s et n’a pris aucune autre mesure.

En outre, les symptĂŽmes bĂ©nins n‘ont pas donnĂ© lieu Ă  un test. Quelques jours plus tard, le rameur s’est avĂ©rĂ© positif. « J‘aimerais beaucoup savoir comment cela est possible. Nous Ă©valuons le processus en ce moment. Nous n’en saurons plus avant bientĂŽt », dit Evertse.

« Je comprends que nos actions avec ce que nous savons maintenant peuvent sembler Ă©tranges », dit Evertse. « Je ne savais pas avant dimanche soir que le rameur en question Ă©tait allĂ© chez le mĂ©decin. Bien sĂ»r, le mĂ©decin a Ă©galement un secret professionnel, qui n‘a pas permis de partager toutes les informations. »

En partie Ă  cause de cela, il n’a pas Ă©tĂ© possible de dĂ©cider de retirer le rameur, souligne le syndicat. « Avec le savoir d‘aujourd’hui, nous avions pris une dĂ©cision diffĂ©rente et l‘avons testĂ©e. C’est ce que dit le docteur. Mais pour tout le monde, c‘est nouveau. Surtout dans la perspective des Jeux Olympiques, il doit ĂȘtre meilleur. Tous les syndicats peuvent en tirer des leçons.

« Et je peux vous montrer les applications oĂč j’appuie sur les athlĂštes pour faire attention. Ne pas aller prendre un cafĂ© quelque part, ne pas aller Ă  l‘Ă©glise et ne pas rencontrer des amis ou des parents. Soyez prudent. La situation de la maison est la plus grande menace pour la bulle. »

La misĂšre a dĂ©jĂ  commencĂ© dans le camp d’entraĂźnement

À lapproche des Championnats d’Europe, lors d‘un camp d’entraĂźnement, plusieurs rameurs des Holland Eight avaient dĂ©jĂ  de graves problĂšmes de santĂ©. Ils ont donc Ă©tĂ© immĂ©diatement testĂ©s pour la couronne, toujours les rĂ©sultats Ă©taient nĂ©gatifs.

Le mĂ©decin fĂ©dĂ©ral a dĂ©cidĂ© de ne pas passer un test aux Championnats d‘Europe lorsque le Holland Eight-Rower a reçu des plaintes, mĂȘme si des tests rapides Ă©taient disponibles. En outre, il n’a pas Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© de placer son colocataire, un mĂ©decin lui-mĂȘme, dans une piĂšce privĂ©e par prĂ©caution.

Evertse : « C‘est une leçon coĂ»teuse. Lors d’un prochain tournoi, nous devrons tester tous les athlĂštes tous les jours le matin et le soir. Et vous ne pouvez pas supposer que si les tests prĂ©cĂ©dents Ă©taient toujours nĂ©gatifs, la mĂȘme chose sapplique au suivant. Mais nous n’avons eu que 100 tests avec nous maintenant, et ce n‘Ă©tait pas suffisant pour tester tout le monde deux fois par jour. »

Sang maléfique chez les autres rameurs

Le non-respect du protocole de la couronne par le syndicat d’aviron a causĂ© du mauvais sang Ă  une autre partie de l‘Ă©quipe d’aviron si rĂ©ussie en Pologne. Les protocoles Ă©taient parfois « occasionnellement » manipulĂ©s, dit-on. Par exemple, un certain nombre de rameurs ne portaient pas rĂ©guliĂšrement le bouchon buccal obligatoire, par exemple pas Ă  l‘hĂŽtel ou Ă  la piste d’aviron. « Nous continuerons de faire appel aux rameurs concernĂ©s. »

Le rameur conscient a Ă©tĂ© surpris par les actions du syndicat. Il dit qu‘il n’aurait pas Ă©tĂ© surpris s‘il avait Ă©tĂ© retirĂ© du bateau par le syndicat, aprĂšs avoir informĂ© le mĂ©decin de son contact avec des connaissances infectĂ©es par la couronne.

Cependant, il dit que ses plaintes vendredi, le jour d’ouverture des Championnats d‘Europe, Ă©taient « peu ». Le Holland Eight a remportĂ© une mĂ©daille de bronze EK dimanche aprĂšs-midi. Les rameurs de l’Ă©quipe ne veulent pas rĂ©pondre Ă  cet article.