AEX baissé considérablement par coronawave

La bourse dAmsterdam est fermée avec une énorme perte lundi. Les investisseurs craignaient que la reprise économique soit touchée par le nombre croissant d’infections coronaires en Europe et aux États-Unis. Randstad et Shell ont été les plus grands valers de l‘AEX.

L’ indice AEX a terminé une baisse de 1,5 % à 545,95 points. L‘AMX a chuté de 2,7 % à 805,09 points. Les signes d’échange à Londres (-1,2%) et à Paris (-1,9%) étaient également rouges. La Bourse de Francfort (-3,7%) a été abaissée par le géant des logiciels SAP (-22%), qui a émis un avertissement de vente.

Aux Pays-Bas, le cabinet nannoncera pas de verrouillage mardi. « Une deuxième crise économique est de plus en plus probable », a averti Simon Wiersma, analyste d’ING.

Selon le gestionnaire d‘actifs Renco van Schie (Valuedge), l’alarme commerciale de SAP a également provoqué un amortisseur sur les échanges. « Vous vous attendez à ce que SAP soit dans le bon coin avec Covid cette année. » Les investisseurs ont également limité leurs risques un peu avant l‘élection présidentielle américaine de mardi prochain. « Cependant, l’avance de Biden dans les sondages est toujours excellente », explique Van Schie.

Sur Wall Street, l‘indice Dow Jones était inférieur de 2,7 % à la fin de l’après-midi. Foire technologique Nasdaq a diminué de 1,7%. Le nombre de mesures quotidiennes de la couronne aux États-Unis a atteint un record de 83 757 vendredi.

Coronavirus de la peur

Dans de nombreux pays européens, des restrictions supplémentaires ont été introduites pour limiter la propagation du coronavirus. Dans le monde entier, dans 43 millions d‘infections, 1,15 million de personnes sont mortes du virus selon les chiffres du Johns Hopkins Institute.

Les

analystes regardent jeudi cette semaine, entre vingt résultats trimestriels, lorsque la BCE explique sa décision de taux d’intérêt et les grandes entreprises technologiques Apple, Amazon, Facebook et Google (Alphabet) sortent avec des chiffres. L‘analyste Corné van Zeijl (Actiam) met en garde contre un éventuel amortisseur, car les gains technologiques restent en retard : les bénéfices doivent être très forts jeudi pour répondre aux attentes.

Prosus au sommet d’AEX

Dans linvestisseur technologique AEX Prosus (+2%) a mené les rares gagnants. Le groupe de biotechnologie Galapagos est devenu une valeur de 0,2% de plus.

Le producteur d’acier ArcelorMittal a chuté de 0,02 %. Les rumeurs d‘une acquisition de Tata Steel Nederland par le concurrent suédois et finlandais SSAB ont alimenté la spéculation sur le marché.

Randstad (-3,3%) a été la plus forte baisse parmi les principaux fonds. La semaine dernière, le radiodiffuseur a produit des résultats trimestriels convaincants.

L’ AEX a également été abaissé par Royal Dutch Shell (-3,1%). Les prix du pétrole ont chuté de 3 % en raison de l‘espoir que la demande d’or noir diminuerait en raison des blocages. En passant, le journal britannique The Telegraph a rapporté que l‘ancien haut homme Charles Holliday du géant minier BHP pourrait devenir le nouveau président de Shell. Les fonds à puce ASMI (-3,1%) et ASML (-2,3%) ont souffert de l’avertissement de vente SAP.

Robinet pour Basic-Fit

Dans l‘AMX, le chercheur en sol Fugro a été le plus grand perdant avec une baisse de 5,3 %. Basic-Fit a baissé de 4,7 %. La chaîne des gymnases a enregistré une baisse de son chiffre d’affaires de 14% à 318 millions d‘euros au cours des trois premiers trimestres. Gymnases en France et en Belgique a dû fermer à nouveau. La société est également en train de reporter la construction de nouveaux clubs pour le moment. Basic-Fit maintient néanmoins son objectif de croissance de 1250 succursales d’ici 2022. Gênant, mais aucune raison de paniquer, jugé gestionnaire d‘actifs KBC dans une analyse. Degroof Petercam maintient ses conseils d’achat pour l‘action Basic-Fit.

La société de biotechnologie Pharming (+1,3 %) a été la plus forte augmentation des fonds de taille moyenne. Handelhuis Flow Traders a gagné 0.4%.

Coca-Cola European Partners, cotée localement, souhaite acheter son compagnon d’affaires australien Coca-Cola Amatil, dans le cadre d‘une transaction de 5,6 milliards de dollars. Cependant, les investisseurs ont réagi tiède et ont réduit la part de Coca-Cola European Partners 2,7 %.

L’ Association des Titulaires de Titres (VEB) a averti les détenteurs de certificats Rabobank (-1,4%). La banque a annoncé deffectuer un paiement de toute façon. Mais la valeur de la récompense est limitée : seuls les certificats sont imprimés, selon le VEB. « Les investisseurs qui supposent que l’ancien avantage va reprendre peut être riche », a souligné le VEB, parce Rabobank a dit plusieurs fois après le retrait du paiement en Mars qu‘il n’y a aucune garantie pour le paiement.

Donnez un coup de pouce à vos connaissances et à votre richesse et inscrivez-vous à la Beleggersfair en ligne gratuite vendredi prochain.