« Action ferme contre les parties illégaux »

Une fête à Hilversum, avec environ 300 jeunes qui lèvent un gros doigt du milieu à tout le monde. Quand vont-ils se produire dans ce pays, L. van Kasteren se demande.

Pourquoi n‘y a-t-il pas d’autobus déployés ? Ou faites-leur tous remettre leurs cartes d‘identité et leur donner deux billets, l’un pour avoir enfreint linterdiction de réunion, et l’autre pour boire de l‘alcool après 8h00 du soir. Ensuite, vous définissez un exemple pour le reste.

Mais non, vous les laissez tous partir, vous avez de la chance que les choses se soient calmes, et vous prenez deux hommes, le DJ et une dame qui a abusé d’un flic. Comme ça, on ne se débarrassera jamais de ce misérable virus, et tout le monde continue, comme si rien ne se passait.

Dégoûtant, il n‘y a pas de mots pour ce genre de comportement, alors qu’il y a des gens, qui sont déjà à la maison depuis le début de cette misère, et n‘osent pas aller nulle part par peur d’être infecté.

Mme L. van Kasteren

Zoetermeer