Étudiant en architecture transporte les coronapatiques : « Je me rends compte de la gravité de la situation »

Comme si cétait la chose la plus courante dans le monde, les jeunes volontaires transportent Arnee (19 ans et Tigo (19) coronapatiques. Ils conduisent les patients vers et en provenance de lhôpital pendant une vingtaine dheures par semaine à bord dun bus de la Croix-Rouge.

« Pourquoi faisons-nous cela ? Juste parce quon aime aider. Cest ce que cest, » dit Tigo à RTV Utrecht.

Le diffuseur a suivi le duo sur quelques voyages, voyez par vous-même comment cela se passe :

C est une coïncidence si les deux sont maintenant dans le bus. « Nous avons tous les deux fait du bénévolat à la Croix-Rouge, les premiers soins lors dévénements », explique Tigo. « Puis vint la coronacrisis et nous étions désespérément nécessaires ici. Vous le ferez, bien sûr. »

Au début de son quart, Arnee sélève dans sa « cloche de travail ». Une combinaison de protection corona, complète avec gants, lunettes et – bien sûr – bonnet buccal. Cest un copilote aujourdhui. « Je suis assis avec le patient covid dans la partie passager de lautobus », explique-t-il. « Souvent, ce sont des personnes âgées, donc je les aide aussi à sortir et à sortir du bus. Jai un contact étroit avec eux. Je nai pas peur dattraper le virus. Je suis bien protégé dans ce costume. »

Le bus doit aller à Saint-Antoniusziekenhuis à Nieuwegein, pour aller chercher un patient. « Vous arrivez à des endroitsbeaucoup de gens ne sont pas autorisés à aller. Dans les services hospitaliers, je vois des gens sur un ventilateur », explique Tigo. « Alors vous réalisez à quel point cette situation est grave. Cela me fait prendre le virus au sérieux. »

« Je suis heureux que nous puissions ainsi soulager un peu les soins », ajoute Arnee. « Cela leur permet de se concentrer sur dautres questions, car la charge de travail y est assez élevée. Et je suis heureux daider les patients. Cest bien quand ils sortent bien de lhôpital. »

À lhôpital, il a aidé un patient à entrer. Lhomme se remet de la couronne et doit aller dans une maison de retraite. Le patient est satisfait du travail des deux bénévoles : « Cest bien sûr. Tu ne peux pas dépendre de ta famille. Ma fille est déjà surchargée. »

Une fois quils ont déposé le patient, Tigo et Arnee retournent à la Croix-Rouge. Il suit un nettoyage complet de la voiture. Ensuite, le prochain travail attend.

Tigo aime tellement le travail quil envisage de changer détude. Il étudie lingénierie maintenant. « Il semble très cool de conduire aux urgences avec une vraie ambulance, pas avec un bus de la Croix-Rouge, mais avec une véritable ambulance pour aider encore plus de gens. »